• Comme c'est bêêête !

     

    Si je vous parle du miaou du minou,
    rien à voir avec le 15 août, évidemmou ! 

    Un wouah wouah wouah net pas non plus
    une version dérivée du www !
    Et un coin coin est tout autre chose
    qu'un bégayement maleheureux.

    Nous voilà en pleine cacaphonie fermière
    où l'onomatopée ne s'apparente qu'au cri.
    Comme glou ! glou ! pour la dinde
    ou le bzzzzz ! des volants.

    Pain béni pseudo-pédagogique
    pour l'apprentissage de la langue au premier âge,
    l
    e langage animalier est parfois onomatypique,  
    Encore est-ce facile lorsque le chat « miau »le,
    la vache « meu »gle, le mouton et la chèvre « bê »lent,
    le lapin « coui »ne, le dindon « glouglou »te, etc. ,
    ce que la langue française imite plutôt bien
    .

    Cependant, tous ces cris ne sont pas d'une si belle évidence :
    ainsi, de la grenouille et du corbeau, qui dit coâ et qui dit croâ ?
    Autre couac/couac : comment deviner que
    notre bon vieux cocorico franco-wallon
    se transgénise en kiekerediek
    lorsqu'il franchit la frontière linguistique ?

    Q
    uant aux verbes animaliers,
    les dictionnaires en sont intarissables :
    matière sujet à dépression
    pour professeurs de français.

    Le chien aboie, la caravane passe,
    la tigre ou le puma feulent, le coq chante, le coq au vin mijote,
    la poule glousse, les abeilles bourdonnent,
    bref encore, de quoi nous le donner (le bourdon)...

    En conclusion de quoi,
    entre couic la souris et paf le chien,
    nous sommes ébahis d'ouïr
    que l'autruche en reste muette
    et que la fourmi cro-onde !



    Aviez-vous aussi remarqué combien le monde animalier regorge de vocabulaire ?

    Mais rarement une même famille de mots pour les animaux d'élevage.
    Quelques exemples :
    Un cochon ? Un verrat, une truie, un porcelet.
    Un mouton ? Un bélier, une brebis, une agnelle, un agneau.
    Un poulet ? Un coq, une poule, une poulette, un poussin.
    Un boeuf ? Un taureau, une vache, une vachette, un veau.
    Etc.

    Seconde conclusion :
    pour l'apprentissage du français,
    un seul bon conseil :
    DEVENEZ VéGéTARIEN !

    lire aussi dans ce blog : le cri des animaux

    photo © Sonia - Paradisio - 2009
    texto © Bernic - texte remasterisé du 21 août 2006


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :