• mon pays en Belgique...

    MON PAYS, c'est bien... MAIS...

    LA BELGIQUE, c'est bien... MAIS...

    "Trouvez-moi cinq choses minimum de votre pays que vous aimez et cinq autres que vous n'aimez pas..."
    Par la suite, même type de question, concernant cette fois leur pays d'accueil  la Belgique.

    Ecrire ces petits textes est un prétexte pour aborder la rédaction avec des contraintes minimums (j'aime... je n'aime pas, utilisation du « et », du « mais » et de la virgule).
    C'est encore un prétexte (le thème est suffisamment éloquent) pour amorcer une réflexion sur son pays d'origine et le pays d'accueil sans avoir à les comparer directement. C'est enfin un prétexte pour un travail en sous-groupes (dans ce cas-ci de même origine) où l'objectif est de composer un texte où les idées de chacun sont respectées.

    Les corrections sont faites en grand groupe, dans un échange de compétences en français où le formateur intervient davantage en « animateur » qu'en « professeur ».
    Cet exercice d'écriture se fait avec un groupe FLE médium (1 ou 2/5) ou ALPHA LE1-2 (Lecture écriture 1 ou 2/5)


    Avec un autre groupe, j'ai opéré en plusieurs étapes :

    La première partie "J'aime mon pays parce que..." est exprimée oralement par les participants tandis que je transcris sur le champ ce qu'ils disent sur l'ordinateur de la classe. Les textes, rassemblés sur une ou deux pages, sont immédiatement imprimés et photocopiés. Le jour même, nous relisons les textes. Place aux questions d'éclaircissement ou aux commentaires, et bienvenue aux comparaisons et aux débats.
    Cette partie d'exercice peut très bien être envisagée avec des groupes oraux 1-2.


    La deuxième "J'aime mon pays, mais..." est une production écrite, individuelle quoique je leur suggère de s'autocorriger les uns les autres. Correction en commun écrite au tableau. Retranscription sur Word, impression et photocopies, puis, à nouveau, questions, commentaires et débats.

    Lors d'une troisième séquence, nous essayons de comparer les facilités et les difficultés de l'oral et de l'écrit.  
     



    Au MAROC, il y a la nature, la montagne, la mer, le soleil et la cuisine MAIS il n'y a pas de liberté pour les femmes et pas de travail, il y a un manque d'amabilité, un manque d'hygiène dans les snacks et des accidents de voiture avec des conducteurs sans permis.

    Majida, Zoubida (FLE médium 2005-2006)

    En TURQUIE, c'est bien pour les vacances, avec de l'argent ... MAIS il n'y a pas de démocratie, pas de travail, pas de sécurité sociale et il y a aussi beaucoup de terrorisme.

    Durmus, Arif (FLE médium 2005-2006)

    En BULGARIE, il y a une bonne cuisine, des jolies femmes, la nature, une Culture et une Histoire ; en ROUMANIE, il y a la nature, un beau relief, des traditions, la gastronomie, mon village et ma famille... MAIS, dans les deux pays, il y a des problèmes politiques, il n'y a pas de travail, les prix montent, il y a l'inflation et la pauvreté.

    Aneta, Juliana, Yvon (FLE médium 2005-2006)

    En COLOMBIE, les paysages sont très verts et c'est très touristique ... MAIS la politique n'est pas « propre » elle est trop libre, trop laxiste : tout le monde fait n'importe quoi.

    Ana (FLE médium 2005-2006)

    En BELGIQUE,

    il y a la sécurité sociale, des petites villes et des villages propres, des gens gentils, chaleureux, un respect et une bonne entente, une égalité entre les gens, un bon accueil dans les écoles des jeunes qui viennent d'arriver (primo-arrivants) ; ici, les parents ne vivent pas que pour leurs enfants : quand les enfants ont 18 ans, chacun peut faire sa vie de son côté.

    MAIS

    il y a aussi beaucoup de pluie, beaucoup d'étrangers et de pays d'origine et ça fait des problèmes (des personnes pas gentilles, pas propres, ...), beaucoup de trafics (de voitures et de drogues, par exemple), beaucoup de clochards partout (SDF - Sans Domicile Fixe) et beaucoup de jeunes bizarres (piercings, coiffures en couleur, ...).

    Jeudi 20 avril 2006
    Ana, Aneta, Arif, Durmus, Juliana, Majida et Zoubida (FLE médium)

    En ALGERIE, il y a la nature représentée par des montagnes, la mer (12000 kilomètres de côte), du soleil (8 mois sur 12), des fois beau temps, des fois mauvais temps et de la neige. Il y a aussi des rivières, le Sahara, ses vestiges Hoggar, les dunes, le chemin de fer.

    Il y a aussi des gens gentils et accueillants, des touristes, surtout vers le sud.

    Mais hélas, il y la jeunesse (70 % de la population) au chômage.
    On fait de la bonne cuisine, des gâteaux.

    Il y a heureusement la sécurité sociale.

    Dans quelques grandes villes à part la capitale Alger, la femme est libre et peut travailler.

    Je suis désolée et déçue par le terrorisme qui persiste.

    De temps en temps, il y a des gens riches mais un grand nombre de gens sont pauvres par injustice et le logement manque beaucoup.

    Nous avons nos chanteurs de raï, nous avons du pétrole et du gaz et on est musulmans.

    Un dernier mot : je dis aussi que j'aime mon pays mais heureusement maintenant je vis en Belgique.

    (en solo, l'une des participantes qui ne veut pas qu'on cite son nom)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :